HIP TAP PROJECT

​Théâtraliser la danse percussive, rendre le mouvement sonore et le rythme visuel

Le Hip Tap Project est un collectif pluridisciplinaire de danseurs et musiciens dont les performances et créations fusionnent en un langage commun : tap dance/claquettes, danse hip hop, afro, percussions corporelles, percussion sur objets et musique live. Initiatrice de rencontres et échanges entre les différentes formes de danses percussives et d’expressions rythmiques, la compagnie est active dans la transmission, l’enseignement, et la création de spectacles.  

 

En 2006, deux « cartes blanches » du Tanzhaus nrw à Düsseldorf et du festival Ville des Musiques du Monde à Aubervilliers permettent à la compagnie de se structurer et présenter le spectacle «Tapage Nocturne».  En 2007, la compagnie crée «Répercussions», un patchwork chorégraphique et musical mêlant photographies, danse et musique live, qui est joué au Théâtre Paris Villette dans le cadre des Rencontres de la Villette 2008 et à l’Espace Confluences à Paris.  

Depuis, la compagnie créé les spectacles «Répercussions», «Entre deux chaises...», «Rhythm’n shoes», «Boom Tchak!» et «Sem’elles» ont été présentés notamment à : Théâtre Paris Villette/Rencontres de la Villette, Espace Confluences, Centre Culturel Boris Vian / Les Ulis, Théâtre Le Grand Pré à Langueux/festival Babel Danse/ItinérairesBis, Maison des métallos à Paris, Carré du Perche à Mortagne au Perche/festival Jazz‘Orne Danse, La Luciole, smac d’Alençon, Auditorium du Conservatoire de Chalon S/Saone, Espace Culturel Jean Houdremont à La Courneuve, Centre National de la Danse à Pantin/Danses Partagées, Institut Français d’Istanbul, Espace Jean Marie Poirier à Sucy en Brie, Théâtre Paul Eluard à Bezons, Artchipel, scène nationale de Guadeloupe, Comédie de l’Aa à Saint Omer, Espace Jean Vilar à Arcueil, Théâtre Georges-Leygues à Villeneuve sur Lot, festival Ville des Musiques du Monde à Aubervilliers, Festival Kalypso, Théâtre de l’Envol à Viry Chatillon, SMOB de Culture Commune, Culture au Quai à Paris, Le Fil Saint Etienne, Auditorium médiathèque de Chelles, l’Avant Scène/Théâtre de Colombes, MJC du Plateau à Saint Brieuc/festival Babel Danse, les Trois Baudets, , Festival Kalyspo, le Tanzhaus nrw à Düsseldorf...

La compagnie est attachée à la mise en place de projets brassant les expressions, les cultures et les publics. En 2010, Leela présente une édition spéciale de «Tapage Nocturne» à la Maison des métallos avec les artistes Keith Terry (San Francisco), Fernando Barba (Barbatuques, Brésil), le beatboxer LOS, Meech, Peter Nielsen.

 

En 2015 elle collabore dans le cadre du Pas Sages festival / Itinéraires Bis à la création d’un Fest Noz Urbain en collaboration avec le duo Kan Ha Beatbox. Parallèlement, la compagnie participe à divers événements tels que les Nocturnes Jeunes au Musée du Quai Branly, Jazz for Kids/Jazz à la Villette à la Dynamo de Banlieues Bleues «Cités en alternances» à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, à La Bellevilloise dans le cadre des soirées «Salade Composée», lors d’un débat au Théâtre du Rond Point en 2018, pour des événementiels divers (Body Shop, Orange...). 

 

Parallèlement depuis 2011, le Hip Tap Project travaille à la diffusion des spectacles «Jazz émotion» et «Thelonius» de Sarah Petronio (Tanzhaus, Duke on 42nd street, Carré du Perche, Boris Vian Les Ulis...)

 

Le Hip Tap Project collabore également avec le Quartet Buccal sur des projets mêlant le chant polyphonique et la percussion corporelle. Elles créént « Le vaisseau des furies » en 2011 et « la Nef des sorcières » en 2013 dans le cadre du Festival de l’Oh ! et le projet « Body Batuc’ et la Chorale Ephémère », une série d’ateliers communs autour de la voix et du rythme à la Maison des métallos à Paris donnant lieu à une restitution publique.

 

Très active dans la transmission, la compagnie mène de nombreux ateliers chorégraphiques, stages tous publics, ateliers scoalires et projets de formation continue (Mairie de Paris, Centre du Galion, Cités Danses Connexion, Itinéraires Bis, Centre National de la Danse, Centre Pompidou, Maison des métallos, Cité de la Musique, Conservatoires en région, Orchestre de Paris, Centre Pénitentiaire, Parcours d’Exil et Orhestre de Paris...).

 

De 2007 à 2016, le Hip Tap Project reçoit une aide au fonctionnement du Conseil Général des Hauts-de-Seine.

 

En 2016, la compagnie produit le Festival International de Musique Corporelle pour le première fois en France en collaboration avec son créateur Keith Terry et en co production avec la Maison des métallos. Soutenu par la Ville de Paris et le Bureau des Affaires Internationales, le festival s’est déroulé principalement à la Maison des métallos avec des actions hors les murs notamment au Cirque Electrique, au CCN de Créteil et du Val de Marne/Cie Käfig et une escale à Saint Etienne en collaboration avec le CFMI de Lyon, le Fil, les studios Dyptik. 

 

2018 voit la naissance du projet de création «à l’unisson».